Détection des contaminants de l’air


On déplore parfois la perte de vies humaines ou des problèmes respiratoires en raison d’un cylindre d’air comprimé contenant de l’air contaminé. Ces incidents sont malheureux et inutiles. Les types de contaminants les plus communs en plongée sont le monoxyde de carbone, le dioxyde de carbone, les hydrocarbures (résidus de produits pétroliers) et les particules (poussières, pollen, etc).

La présence de tous ces polluants dans un cylindre s’explique généralement par le mauvais entretien du compresseur et le manque de conscience professionnelle des techniciens. C’est pourquoi, il est important de demander à quand remonte la dernière inspection du compresseur ainsi que la date du dernier changement du filtre. Dans le doute, vous pouvez refuser de faire remplir ou d’utiliser vos cylindres. Certaines formes de contamination peuvent être détectées par un appareil très perfectionné : votre nez. En effet, la simple ouverture de la valve et le fait de sentir l’air peut vous éviter certains problèmes.

En gros, si l’air est vicié, il y a de fortes chances que son odeur soit désagréable. Par ailleurs, dans certaines situations, il arrive que l’air n’ait pas d’odeur mais laisse un mauvais goût dans la bouche après un certain temps, comme un goût d’huile ou de caoutchouc ou un goût fétide. Dans ce cas, il est préférable de ne pas commencer la plongée ou de la terminer dès que possible. Il est important aussi de signaler l’anomalie au technicien afin que des mesures soient prises rapidement. Ne vous fiez pas aux commentaires rassurants..le sens du goût ne se discute pas et souvent le technicien peut perdre le sens du goût à force d’être exposé à une concentration élevée de polluants.

Pour l’instant, on peut à tout le moins tenter de détecter soi-même le niveau de contamination de l’air.

Norme canadienne sur la qualité de l’air

L’air respirable contenu dans un cylindre devrait complètement répondre à la norme canadienne CSA Standard CAN/CSA-Z275.2 (no de catalogue: CAN/CSA-Z180.1-00).

Cette norme est similaire à la norme Grade E de l’air de la Compressed Air Association américaine.

Cette norme établit le niveau maximal en ppm des impuretés pouvant être présentes dans l’air: monoxyde de carbone 5 ppm, anhydride carbonique 500 ppm, méthane 25 ppm, bioxyde d’azote 0.3 ppm, protoxyde d’azote 2.5 ppm, hydrocarbures halogénés 5 ppm, huile, particules de matière et condensats 1 ppm, sans odeur décelable et ne pas contenir d’autres contaminants tel que définis par l’American Conference of Government Industrial Hygienists (ACGIH).

Voir l’Association canadienne de normalisation (cliquer sur santé-sécurité) pour plus de détails. Lorsque le document PDF s’affiche, cliquer sur Santé et sécurité au travail et puis sur Plongée sous-marine et environnements sous pression afin d’atteindre la dernière version de la norme.

Normes internationales sur la qualité de l’air

Sur le site de AFC International, on peut retrouver un résumé des Normes internationales. Il faut rappeller la norme Grade E est la seule qui s’applique à la plongée sous-marine. Il est aussi à noter que la norme canadienne a été mise à jour depuis.

Processus de contamination

Sur le site de la Navy Environmental Health Center, vous trouverez une explication assez détaillée sur la qualité de l’air relative à la plongée sous-marine Breathing Air Quality dont certaines informations concernant l’entretien du compresseur et la présence de contaminants (hydrocarbure, CO, CO2).

Mise en garde

Les produits présentés ne sont qu’un échantillon partiel de tous les appareils qui peuvent exister sur la marché. Les spécifications techniques ne sont là qu’à titre indicatifs et dépendent du fabricant qui peut les modifier sans préavis. Il faut en tout temps se référer au site du fabricant ou à un représentant.

Filtre à air et humidificateur

Filtre à air AQUATEC GUARDIAN AIR FILTER

Il s’agit d’une cartouche que l’on branche sur le 1er étage sur une sortie basse pression sur le boyau d’air du détendeur. On insère un filtre dans la cartouche. La profondeur opérationnelle est de 130’. Le filtre fonctionne avec de l’air normal mais incompatible avec le Nitrox ou tout autre mélange de gaz.

La cartouche coûte 60$US et le filtre 12$US. On peut en voir une illustration sur le site canadien Aquatec Canada ou sur le site Aquatec Taiwan (cliquer sur "Air Filter" et ensuite sur la photo).

L’avantage de ce système est de filtrer l’air inspiré (résidus d’hydrocarbures et poussières).

Filtre à air et humidificateur APOLLO BIO-FILTER

Il s’agit d’une cartouche que l’on branche sur le 1er étage. La cartouche vient en deux format de 3/8" et de 1/2". On insère un filtre au charbon dans la cartouche ainsi qu’un tube qu’on humecte avec de l’eau distillée par une valve. La profondeur opérationnelle est de 130’. Le filtre fonctionne avec de l’air normal ou avec Nitrox jusqu’à EAN-40 mais incompatible avec tout autre mélange de gaz. On peut également utiliser seulement le filtre au charbon sans humidificateur.

La cartouche coûte 200$US et le filtre 32$US. Voir Apollo Sports USA pour plus de détails.

L’avantage de ce système est de filtrer (résidus d’hydrocarbures et poussières) mais aussi de l’humidifier l’air inspiré (voir le site web pour plus d’informations).

Détection du monoxyde de carbone

C-O-Cop

Lawrence Factor vend un détecteur (indicateur) de monoxyde de carbone C-O-Cop. Il se présente en deux versions. Il y a la version cartouche "étrier" et la version cartouche "BC". Dans les deux cas, il faut insérer une capsule sensible chimiquement à la présence de monoxyde de carbone (CO). Après l’installation de la cartouche soit sur la bouteille ou soit sur le tube d’air du BC, il faut laisser une certaine quantité d’air s’échapper pendant 3-4 minutes. La couleur de la capsule passe du beige au gris ou au noir selon le niveau de CO détecté. La capsule doit être remplacé après 5 à 15 tests (selon la qualité de l’air testé). Dans les deux cas, il faut retirer le détecteur après usage avant la plongée.

La version "étrier" coûte environ 75$US; la version BC 49$US. La capsule coûte 6$US. pour plus de détails.

L’avantage de ce système est de savoir si l’air est contaminé par du CO relativement rapidement. Si la couleur de la capsule change, l’air est contaminé et ne devrait pas être respiré.

CO Experts 2002

Aero MEDIX vend un détecteur électronique de monoxyde de carbone CO Expert 2002. Il permet de mesurer des concentrations de 5 à 70ppm de CO. Il nécessite un temps de 6 secondes pour afficher la quantité de CO. L’appareil est conçu pour mesurer le taux de CO à l’intérieur d’une habitation. Il faut donc prévoir un tube relié à un entonnoir que l’on pose sur le senseur de l’appareil pour éviter des erreurs de lecture.

L’appareil se vend environ 95$US.

L’avantage de ce système est de savoir si l’air est contaminé par du CO relativement assez rapidement. Le principal désavantage est qu’il n’a pas été conçu pour les équipements de plongée. De plus, la sensibilité de l’appareil est valable pour un an que le manufacturier garantit. Il n’est pas vraiment recommandable pour la plongée.

GasProbe CO

InspectorTools vend un système de détection de monoxyde de carbone, le GasProbe CO. L’appareil électronique permet d’afficher le niveau de CO a 1 à 1000ppm et coûte 299$US. La cartouche (senseur) coûte 99$US et a une durée de vie de 3 ans.

L’avantage de ce système est de savoir si l’air est contaminé par du CO relativement assez rapidement. L’appareil nécessite un temps de démarrage de 10 secondes et prend une mesure en quelques secondes. L’appareil n’a pas été conçu pour la plongée. Il faut s’assurer d’aspirer l’air sans introduire de l’air extérieur au cylindre. Il nécessite des piles de 9V DC que l’on remplace au besoin après 500heures. Le senseur a une durée de vie de 3 ans.

OxyCheq

La compagnie OxyCheq vend un système de détection de monoxyde de carbone Expedition CO Analyzer (aller au bas de la page). L’appareil électronique permet d’afficher le niveau de CO a 1 à 100ppm et coûte 329$US.

L’avantage de ce système est de savoir si l’air est contaminé par du CO relativement assez rapidement.

Détection de plusieurs gaz contaminants

Analox Sub MKIIP

La compagnie Analox vend aussi divers système de détection de gaz contaminants. Voir le site Web d’Analox (France) ou Amoxtec (US). Il y a Analox Sub MKIIP qui coûte environ 350$US et qui permet de mesure le taux de dioxyde de carbone (CO2).

L’avantage de l’appareil est sa longue durée de fonctionnement. Le désavantage est qu’il a été conçu pour mesurer le gaz dans un espace confiné (comme une cloche de plongée). Il faut donc s’assurer de bien mesure que l’air sortant du cylindre lors de la mesure.

Dräger-Tubes & accuro pump

Dräger vend divers systèmes de détection de gaz contaminants. Un des plus simples est le système de détection de gaz avec tubes, soit Dräger-Tubes & accuro pump. Le système se vend avec un détecteur dans lequel on insère un tube contenant une solution chimique qui réagit à la présence du contaminant que l’on cherche à identifier. Il y a une grande variété de tubes de solutions chimiques diverses selon le niveau et le type de contaminant à identifier.

L’appareil coûte environ entre 500 à 600$US et chaque paquet de 10 tubes coûte en moyenne 80$US ou plus. Pour avoir une idée des prix, consulter le catalogue de CTS - Air Monitors / Gas Detectors & Chemical Protection Store Catalog (cliquer Dräger gas detection pour obtenir la liste de prix).

Vous pouvez aussi contacter la compagnie Dräger à Montréal: Draeger Canada Limitée, 145 Barr, Saint-Laurent, QC H4T1W6, (514)733-3694 (ou contacter la maison mère située en Ontario 1-905-821-8988).

L’avantage de ce système est d’avoir un portrait complet de la contamination de l’air. Il faut alors utiliser un tube différent pour chaque contaminant à détecter en simultané. Au moment d’écrire ces lignes, on ne sait pas si on peut prendre un échantillon d’air à partir du boyau à basse pression d’air du BC d’une certaine façon sans endommager l’unité (cela reste à confirmer). La procédure usuelle est d’insérer le kit dans un sac étanche, de remplir le sac suffisamment d’air provenant du cylindre et de prendre un échantillon.

Aerotest

Dräger vend un autre système qui se connecte à un cylindre d’air comprimé soit directement à haute pression ou à basse pression. Le système Aerotest permet de connaître en 5 minutes la concentration des contaminants suivants: hydrocarbure (huile), monoxyde de carbone (CO), bioxyde de carbone (CO2) et vapeur d’eau. Exactement ce qui est utile en plongée sous-marine.

Les kits comprennent des variantes à haute pression, à basse pression avec ou sans tubes. Le kit Aerotest Simultan HP (haute pression < 4500 psi ou 300bar) coûte 2,910$US (en version complète avec tubes). Le kit Aerotest Simultan LP (basse pression < 175 psi) coûte autour de 1,893$US (en version complète). Le kit Aerotest Alpha (basse pression < 150 psi ou 10 bar) coûte 1,245$US. La version complète inclut tous les accessoires et un jeu de 4 paquets de 10 tubes (un pour chaque gas)

Lorsqu’acheté en version complète, l’Aerotest comprend les tubes (4 boîtes de 10 tubes: CO, CO2, hydrocarbures, vapeur d’eau). Les tubes de remplacement se vendent en moyenne 80$US pour un paquet de 10 tubes (les prix varient en fonction des contaminants à tester). Le Aerotest Simultan LP se vend.

L’avantage de ce système, en dépit de son prix très élévé, est de permettre de savoir assez rapidement si l’air à respirer est contaminée ou non et par conséquent de plonger en toute sécurité du moins du point de vue de la qualité de l’air.

Instant Air Check Sampler Kits

Analytical Chemists vend un kit d’analyse des contaminants similaire à celui du Aerotest mais à un prix inférieur. Le kit Air Check Sampler permet de connaître en quelques minutes la concentration des contaminants suivants: hydrocarbures, monoxyde de carbone (CO), bioxyde de carbone (CO2) et vapeur d’eau. Exactement ce qui est utile en plongée sous-marine.

Le kit fonctionne aussi bien à haute pression, à basse pression et est fourni avec tubes. Le kit coûte 1200$US ou moins selons les options.

L’avantage de ce système, en dépit de son prix très élévé, est de permettre de savoir assez rapidement si l’air à respirer est contaminée ou non et par conséquent de plonger en toute sécurité du moins du point de vue de la qualité de l’air.

© Copyright 1999-2016, Michel Robitaille. Tous droits réservés.