Formation pendant les vacances


Vous envisagez prendre des vacances près de la mer. Vous pensez en profiter pour y faire l’expérience de la plongée sous-marine. Les quelques questions-réponses qui suivent vous aideront à prendre une décision plus éclairée. Attention je ne suis pas moniteur et je ne fais pas la promotion d’une école de plongée particulière. Le sport de la plongée nécessite de suivre une formation de base adéquate. Sur la terre ferme, adopter des comportements téméraires peut toujours être envisagé quoiqu’avec des risques. Sous l’eau tous les paramètres diffèrent: vos propres peurs peuvent vous amener à des comportements inadaptés qui peuvent mettre votre vie en danger. On doit prendre en considération tant sa forme physique, les conditions du milieu que son niveau de connaissance avant d’aller sous l’eau.

Prenez le temps de lire ce qui suit. Pensez-y. Vous avez votre libre arbitre. À la fin, vous seul déciderez.

Un cours de 45 minutes en piscine est-ce suffisant pour plonger?

Non. Ce n’est pas un cours, c’est une initiation à la plongée!

Il faut faire une distinction entre une période d’initiation de 15, 30 ou 45 minutes à la plongée sous-marine et une formation complète. En vacances, on vous offrira une initiation, gratuite la plupart du temps, en piscine d’un temps variable de 15 à 45 minutes pour vous montrer les rudiments de la plongée. Habituellement ce type d’activité se tient dans la partie la moins profonde de la piscine dans tout au plus 6 pieds de profondeur la plupart du temps. On vous montrera les rudiments de la décompression des oreilles, comment vider son masque plein d’eau sous l’eau, l’utilisation de la veste de compensation, la respiration sous l’eau avec le détendeur en bouche et la mesure du profondimètre et du manomètre et le largage de la ceinture de plomb. Ceci vous sera montré selon la disponibilité du moniteur et de son sérieux. Si plusieurs vacanciers se présentent à la séance les chances sont faibles pour qu’on ait le temps de tout vous montrer cela avec de la pratique suffisante!

Puis-je faire une excursion de plongée après une telle initiation?

Non, ce n’est pas recommandé. Trop de conditions peuvent varier et vous n’avez pas suffisamment de maîtrise des techniques de base pour prendre un tel risque. Si vous le faites, vous le faites sans connaître les facteurs de risque. Les exemples qui sont donnés ici sont tous fictifs. Ces exemples sont données pour vous faire prendre conscience des réels avantages de suivre un cours. Ce sont toutefois des exemples tirés à partir de lectures que l’on peut faire de temps à autre de toute bonne revue de plongée sous-marine, et ce même pour des cas rapportés par des plongeurs certifiés ou expérimentés.

Prenons un exemple, vous avez fait votre initation de 15, 30 ou 45 minutes. Vous vous embarquez à bord du bateau et le maître de plongée fixe votre équipement. Habituellement ce dernier (habituellement il n’est pas seul) se placera à la tête du groupe durant la plongée. Vous suivez le groupe et tout à coup vous ressentez une vive douleur aux oreilles. Que faire? Normalement si vous avez suivi un cours, vous feriez une légère remontée de quelques pieds ou plus puis en utilisant une des techniques de décompression des oreilles vous pourriez reprendre la descente. Mais que peut-il se passer dans votre cas? Il peut se produire l’une des choses suivantes: vous remontez vite à la surface avec le risque d’un accident de décompression ou vous poursuivez votre descente avec un risque de barotraumatisme comme la perforation d’un tympan.

Prenons un autre exemple. Même excursion. Tout ce passe bien vous suivez le groupe quand tout à coup vous prenez en main votre profondimètre et constatez que la profondeur indique 85 pieds. Que faire? Il est possible que cela vous dé-stabilise. Votre réflexe sera selon toute probabilité d’avoir tendance à remonter rapidement à la surface. Il faut savoir qu’un plongeur de niveau débutant peut descendre jusqu’à une profondeur d’au plus 60 pieds. Pour aller plus bas, il faut avoir suivi une autre formation. Alors croyez-vous être en mesure d’aller à une profondeur dépassant les 60 pieds? Toutes les agences de certification en sont venues à imposer cette limite sur la base d’une pratique d’abord liée à l’histoire même des moyens technique de la plongée et maintenant en raison de questions statistiques. Vous pourriez poser alors la question du comment se fait-il que le moniteur vous ait entraîné à une telle profondeur? La plupart des moniteurs agissent de façon consciencieuse mais d’autres non.

Prenons un autre exemple. Tout ce passe bien, vous suivez le groupe quand tout à coup vous constatez que vous êtes essoufflé. Vous n’arrivez plus à reprendre votre souffle. Vous sentez la nervosité monter en vous car la descente se poursuit et vous n’arrivez pas à contrôler celle-ci. Il est probable que vous ayez tendance à remonter très rapidement à la surface...peut-être trop rapidement. Allez-vous commencer à respirer en inspirant et expirant complètement lors de votre respiration? À ce moment penserez vous à gonfler le compensateur pour stopper votre descente ou débuter votre remontée? serez-vous en mesure de larguer la ceinture de plomb parce que vous n’arriver plus à contrôler correctement votre descente? Serez-vous en mesure de faire signe à votre copain de plongée que vous avez des problèmes? Penserez-vous à lester votre ceinture de plomb correctement? Aurez-vous tendance à retenir votre souffle? Si oui vous risquez un barotraumatisme ou pire une embolie pulmonaire. Il faut se souvenir que lors de la remontée il ne faut jamais retenir son expiration.

Prenons un dernier exemple. Tout ce passe bien vous suivez le groupe quand tout à coup vous votre détendeur fonctionne mal, une courroie de palme se brise ou le plongeur qui vous précède par un coup de palme involontaire enlève votre masque. Que ferez-vous? Serez-vous en mesure de garder votre calme? de faire un signe à votre copain de plongée? d’utiliser le détendeur de secours (octopus)? d’utiliser la technique de respiration copain-copain afin de remonter à la surface alors que votre détendeur est défectueux. Tout cela peut vous être montrer durant un cours.

Toutes ces situations peuvent se produire, l’idée est de minimiser les risques et surtout de bien réagir si elles surviennent. De là le but de l’entraînement.

Pourquoi alors que de telles activités ont lieu avec des débutants sans formation?

Parce que sans doute comme dans le cas de plusieurs autres situations, l’appât du gain prime sur la sécurité. Pourquoi certains constructeurs de véhicules automobiles en ont vendus alors qu’ils n’étaient pas sécuritaires. Pour les mêmes raisons. À vous d’en juger.

Dois-je oublier l’initiation à la plongée?

Non. Si votre idée est de profiter de votre séjour pour tenter l’expérience de l’initiation à la plongée en piscine, l’occasion est idéale. Limiter alors votre activité à la piscine et éviter la sortie en pleine mer.

Puis-je quand même faire une plongée si le moniteur insiste pour la faire dans 20 à 30 pieds (7 à 10m) d’eau?

Non. Si à la suite de cette initiation vous avez le goût de poursuivre, il est nettement recommandé de vous inscrire à un cours. Un cours vous donnera toutes les notions de base nécessaires: lois physiques, effets physiologiques, techniques de palmage, respiration, technique de survie, technique de manipulation de l’équipement, technique de décompression des oreilles, etc. Un cours se réparti sur plusieurs jours et comportent plusieurs blocs de formation. Chaque bloc comporte une partie théorique suivie d’une partie pratique. La pratique est faite d’abord en piscine ou en milieu naturel peu profond: même dans 15 pieds d’eau cela est suffisant. Lors d’une première descente sous l’eau, le moniteur vous amène sous l’eau soit un à la fois ou deux à la fois (cela dépend des pratiques de l’agence de certification). Puis les pratiques se passent en eaux vives (pleine mer). À la fin, le cours se termine par un examen théorique et pratique où vous obtenez une certification. Habituellement, vous devez faire une première plongée avec un copain de plongée sans la supervision de votre moniteur.

Vous serez non seulement plus l’aise mais vous aurez suivi un entraînement pouvant vous éviter une noyade (il ne faut pas minimiser les risques liés à une méconnaissance, au manque d’entraînement et à la panique). Le déroulement peut varier mais il est typique d’un cours.

Comment faire pour choisir une destination vacances avec une école de plongée?

Il faut choisir une destination vacances où une des agences de certification peut vous offrir un cours durant votre séjour. Apportez la liste des agences de certification et informez-vous auprès de votre agence de voyage.

En général, il faut sélectionner une agence internationale de plongée sportive comme CMAS, NAUI, PADI ou PDIC pour n’en nommer que quelques unes. Informez-vous de la durée de la formation afin d’être en mesure de compléter votre cours pendant la durée de votre séjour. Assurez-vous de réserver une place dès votre arrivée (1er ou 2e jour). La certification obtenue vous permettra par la suite de plonger n’importe où dans le monde. N’oubliez pas que vous pourrez pratiquer la plongée ici même au Canada bien sûr avec un costume humide (wet suit) pour la protection thermique. Vous serez sans doute étonné de ne pas avoir froid. Vous aurez besoin de votre certificat pour plonger au Canada comme dans la plupart des pays où la plongée est règlementée.

Dois-je me préoccuper de mesures de sécurité?

Oui. Au niveau de la sécurité, autant que possible il faut choisir une destination où l’école fait preuve d’un sérieux indiscutable en matière de plongée sous-marine. Si celle-ci est membre d’une organisation ou d’un programme international en matière de sécurité comme celui de DAN (Divers Alert Network) par exemple. Cela est un excellent indice. Un autre indice serait des indications concernant la présence d’une chambre hyperbare ou d’une trousse de secours avec oxygène, le tout mentionnant la présence d’un personnel qualifié en matière de secourisme. Autrement sur place, posez des questions: y-a-t-il une trousse d’urgence avec oxygène à bord de l’embarcation. Etc.

Dois-je me préoccuper de l’entretien du matériel de plongée sur place?

Oui. Sur place avant de prendre le cours, demandez aux gens qui sont allés faire de la plongée leurs commentaires au sujet du centre de plongée sous-marine. Autrement, faites quelques vérifications: est-ce que le matériel de plongée est en bon état et bien entretenu? Attention ne pas confondre bouteille d’air dont la peinture est éraflée et entretien. Vérifier plutôt les tuyaux de caoutchouc, ont-ils l’air éventés, fendus? Est-ce que les courroies des palmes ou des masques ont l’air solide?. Posez des questions, n’hésitez pas. L’air de la bouteille sent-il l’huile à plein nez ou a-t-il une odeur curieuse? Pourquoi prendre le risque d’avoir un problème pulmonaire même passager alors que vous êtes en vacances. Le compresseur est peut être en mauvais état ou les filtres à air n’ont peut-être pas été changés aussi souvent qu’il ne le faudrait. Encore une fois, le ridicule ne tue pas mais un équipement mal entretenu peut avoir des conséquences négatives.

On m’a dit que je pouvais plonger tout de suite après ma descente d’avion.

Oui, à condition d’être reposé. Toutefois, il est recommandé de pas faire de plongée 24 heures avant votre départ en avion. Prendre l’avion a des effets sur la composition physique du sang. Si vous suivez un cours vous serez en mesure d’apprécier ce conseil. Poser la question à votre instructeur.

On m’a dit que je devais acheter l’équipement.

FAUX! Il n’est pas nécessaire d’acheter la moindre pièce d’équipement. Cependant, il faut faire la part des choses et savoir ce que vous êtes prêt à accepter. Vous devez être en mesure de répondre à quelques questions face à vous-même. Prenons l’équipement de base: soit le masque, le tuba et les palmes. Dans la plupart des écoles de plongée le matériel est généralement bien entretenu. Toutefois, les courroies des masques et des palmes sont très utilisés. La jupe du masque peut être déformée. L’embout du tuba a toute l’apparence d’un équipement utilisée par plusieurs bouches! Si vous estimez refaire de la plongée ou de l’apnée alors faire l’acquisition de ce matériel de base est sans doute une bonne idée. Dans ce cas, il est sans doute préférable d’acheter des palmes dans lesquelles vous pourrez insérer un boutillon. Cela vous permettra de marcher sur une plage pleine de cailloux ou de coquillages coupants sans vous blesser les pieds. Dans le Sud, parfois les plongées ne se font pas deux par deux mais plutôt en groupe. Il se peut que vous perdiez de vue votre groupe. En remontant à la surface, il est possible de vous retrouver seul, il serait alors sage de vous acheter un sifflet pouvant fonctionner même humide pour signaler votre présence à la vigie du bateau.

Autrement, vous pouvez simplement ne rien acheter et tout ira sans doute pour le mieux.

Il n’est pas nécessaire de vous acheter la moindre pièce d’équipement pour débuter la pratique du sport. D’autant plus que cela vous permettra d’essayer plusieurs pièces d’équipements au lieu de faire un choix au hasard.

Peut-on attraper des maladies avec l’embout du tuba ou du détendeur?

Tout dépend de l’entretien du matériel. Il faudrait sans doute poser la question à un microbiologiste ou à un médecin. Pour la plupart des bactéries et des virus un bon entretien et une bonne propreté peuvent suffire mais nul ne peut négliger le risque de propagation du VIH ou d’autres maladies. À ce sujet, Alert Diver magazine (février 2001, p.16-18) mentionne que certains produits (SaniZide, Advance TBE, Bi-Arrest 2, Confidence Plus) peuvent être achetés et appliqués sur les embouts afin de les désinfecter avant de se les mettre en bouche. Certains de ces produits sont utilisés par la Marine Américaine. Certains produits nécessitent des temps d’application plus ou moins longs en plus d’être chers.

Une solution peu coûteuse qui nécessite toutefois un peu de temps est d’apporter une solution diluée d’eau de javel. Il suffit de nettoyer et de laisser tremper le tuba, le détendeur et l’octopus quelques minutes. Cela déjà devrait suffire à désinfecter les pièces bucales.

Une autre solution, si le temps vous manque, et sans doute peu coûteuse est de vous procurer des embouts de remplacement en nylon pour quelques dollars. Essayez d’en acheter au moins 2 et quelques attaches de nylon (tie wraps) avant de partir en voyage. Lorsque le moment de votre cours arrive, demander au moniteur de remplacer l’embout du détendeur. N’oublier pas de le récupérer (donner au moniteur une attache de remplacement...il appréciera votre attitude). Sans doute que cela donnera un peu plus de travail mais c’est l’affaire de quelques minutes. Expliquez-lui que pour des raisons d’hygiène vous préférez qu’il en soit ainsi. Donnez-lui un pourboire, s’il le faut...à vous de juger.

Mais qu’en est-il réellement? Je ne peux vous le dire car je ne suis ni médecin, ni microbiologiste. Dans le doute, il n’est pas nécessaire de paniquer mais à tout le moins d’être prudent. Personnellement, je préfère utiliser mon propre matériel surtout pour ce que je dois porter à ma bouche ou sur la peau.

Donc c’est à vous de répondre.

Dois-je prévoir l’achat d’un wet suit (costume humide)?

Non. Toutefois vous devrez sans doute en porter un ou non selon votre destination vacances. Si vous êtes dans la zone tropicale, il est probable que n’ayez pas besoin de porter un wet suit. Ailleurs le moniteur de plongée, vous le dira. L’école vous louera cette pièce d’équipement (il est possible que cela soit inclut dans le prix de la formation).

Il faut quand même apporter quelques précisions. Si vous plongez dans un milieu aquatique reconnu pour la présence de méduses ou d’autres organismes créant des problèmes cutanés, vous pouvez très bien plonger avec un pantalon léger en nylon très mince pour éviter que la peau soit en contact direct. Vous pouvez porter un chandail de coton léger à manches longues. N’ayez pas peur: le ridicule ne tue pas! Les démengeaisons dues aux produits urticants sont beaucoup plus dérangeantes et longues à soigner que d’avoir l’air ridicule. Vous n’avez qu’à l’enfiler tout juste avant de plonger à l’`eau. Qui sait vos copains de plongée sans doute vous diront le lendemain "...j’aurais dû faire comme toi...regarde la crème que je dois me mettre pendant tout le reste de mes vacances..."

Au minimum, il est préférable de porter un T-shirt sous l’eau alors que par-dessus vous porterez une veste de compensation à laquelle la bouteille d’air sera fixée. Cela vous évitera des irritations de la peau due aux frottements de l’équipement au niveau des épaules et du dos entre autres.

Si vous y pensez, tenter d’apporter une paire de gants de coton blanc très minces (pour le jardinage). Il faut savoir que certains sites de plongées sont protégés et on vous interdira d’y aller si vous porter des gants. Mais il ne s’agit pas du genre de situation dans laquelle vous serez. Il s’agit de vous éviter des coupures aux mains et aux doigts. L’eau de mer brûle sur une plaie vive. Comme vous aurez sans doute à vous appuyer sur le fond marin...parfois les roches ou les coquillages sont très coupants.

Éviter de toucher aux animaux et aux plantes de la faune aquatique. Faites-le à moins de connaître les espèces ou à moins que votre moniteur vous invite à le faire. Vous n’aurez pas la désagréable surprise de vous retrouver avec la peau irritée, coupée ou pleine d’épines.

Dois-je prévoir d’autres choses?

Apporter et appliquer une crème solaire résistante à l’eau. Le soleil tape très fort sur la mer.

Apporter et porter une casquette ou tout autre couvre-chef.

Apporter et porter une paire de lunettes solaires.

Apporter un sifflet pour signaler votre présence en surface, si nécessaire.

Apporter et boire de l’eau à la sortie de vos plongées durant votre formation. La plongée et le soleil ont des effets de déshydratation plus ou moins importants. Vous pourrez aussi rincer vos yeux avec de l’eau douce.

Hydratez-vous suffisamment avant toute plongée. Boire de l’eau et des jus la veille vous aidera grandement et vous évitera une fatigue liée à la déshydration.

Ne plongez pas si vous avez les sinus congestionnés ou si vous souffrez d’une maladie affectant les voies respiratoires.

Éviter de plongée alors que vous êtes fatigué (par exemple après une journée épuisante en excursion à la montagne à faire de la marche). Garder vos énergies. Soyez frais et dispos.

Eviter tout alcool avant une plongée. Le corps a besoin beaucoup d’eau pour éliminer l’alcool. L’effet net est de diminuer la fluidité du sang. Cela n’est pas indiqué dans le cas de la plongée alors que le sang doit véhiculer de grandes quantités d’azote lors de la remontée en surface. Demander à votre moniteur de vous expliquer cela durant votre formation!

Eviter toute drogue avant une plongée. Le corps a besoin de toutes ses ressources pendant la plongée. Vous n’avez pas à prendre un tel risque sous l’eau. De toutes manière, la plongée n’est peut-être pas pour vous dans ce cas.

Ai-je besoin d’un examen médical avant de suivre un cours?

Oui. Il est important de passer un examen médical. D’abord toutes les agences l’exigent avant de pouvoir vous accepter à suivre le cours. Attention, un instructeur peut dans certaines circonstances ne pas l’exiger. Ce serait étonnant mais possible en raison du peu de scrupules toujours pour une question d’appât du gain.

Pourquoi l’examen est-il nécessaire?

Parce que le médecin, de préférence ayant une spécialité en médecine hyperbare (ce n’est pas absolu), pourra plus facilement détecter un problème potentiel au niveau des oreilles, des sinus et de la gorge. Il est peut être sage de subir une radiographie. C’est le médecin qui décidera.

Mais il faut tenir compte de l’héridité et ne pas avoir peur de mentionner toutes les opérations ou problèmes de sinus etc...tant de la famille père, mère, frère et soeur que des vôtres. Il faut que tout cela fonctionne bien sans problème sous l’eau. Il est donc recommandé de consulter votre médecin et d’obtenir une attestion de non interdiction à la pratique de la plongée sous-marine. Si vous devez suivre votre cours durant les vacances ailleurs, informez vous auprès de l’agence de certification (dans un bureau local) afin d’obtenir une formule médicale type à remplir. C’est celle-ci que vous remettrez à votre moniteur avant le début de votre cours. Faites une ou deux photocopies...au cas que l’original ne se perde. Prendre en note le nom du médecin, son numéro de membre de son ordre professionnel et son numéro de téléphone au bureau advenant que le moniteur veuille effectuer des vérifications.

Dois-je être dans une grande forme physique?

Tout dépend de ce que vous entendez. Il n’est pas nécessaire d’avoir une condition physique d’athlète. Toutefois avoir une bonne condition physique ne peut pas nuire bien au contraire. Par contre si vous n’êtes pas en forme alors n’allez pas penser faire de la plongée pour devenir en forme. Faites une activité physique pour vous mettre en forme avant d’entreprendre faire de la plongée et non l’inverse. Un peu de course, un peu de natation, un peu de vélo, bref pratiquer une activité et s’y tenir.

Une chose est certaine, si vous avez toutes les difficultés du monde à reprendre votre souffle alors que vous venez de traverser une longueur de piscine. Il serait sage de vous entraîner un peu. Cela ne peut pas faire de tort. La condition physique est importante mais les équipements ont beaucoup évolués. Pour en avoir une bonne idée, dans les années 50, il fallait nager tout le temps, la veste de compensation n’existait pas et il fallait pratiquement tirer son air des premiers détendeurs. De nos jours, le plongeur peut ajuster sa flottabilité à l’aide d’une veste de compensation. On lui demande de respirer profondément plutôt que rapidement et superficiellement. Quand aux détendeurs, ceux-ci vous permettent de respirer presque comme à l’air libre tellement leurs ajustements sont raffinés.

Tout cela me semble compliqué, y-a-t-il une autre solution?

Une chose simple c’est de suivre le cours ici même plusieurs semaines avant de partir en vacances. Celui-ci vous coûtera probablement le même prix qu’en vacances et souvent moins mais en devises locales. Le cours vous sera donné dans votre langue et non dans une langue étrangère où certaines explications peuvent vous échapper sur le plan technique. L’ambiance locale sera moins exautique que dans le sud mais tellement plus simple au niveau des échanges et de la compréhension. De plus vous serez en mesure de pratiquer tout de suite avant de partir. Vous pourrez faire quelques sorties et vous accoutumer à la plongée tranquillement sans stress. Par exemple, vous saurez qu’en wet suit, vous pouvez vaincre le froid et visiter des endroits intéressants et qu’il y a des bancs de poissons et des structures sous-marines tout aussi intéressantes à visiter. Vous pourrez apprécier la différence en la plongée dans le Sud et au Nord.

C’est probablement plus simple de procéder ainsi et de faire ensuite de la plongée là-bas avec beaucoup moins de contraintes et de stress.

Mais si vous pouvez suivre le cours pendant vos vacances dans une autre langue et que cela ne vous pose aucun problème alors la question ne s’y prête pas. À défaut de suivre le cours dans une autre langue, choissisez une destination vacances où votre langue y est parlée.

À vous de décider! Bonne plongée!

© Copyright 1999-2016, Michel Robitaille. Tous droits réservés.